Aikin Lambert

From FountainPen
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Aikin Lambert and the translation is 100% complete.

Aikin Lambert
Publicité de marque
Photos de marque
Brevets

La Aikin Lambert naquit à New York en 1864 de l'union de deux bijoutiers, James Cornelious Aikin et Henry Lambert, qui unirent leurs forces pour entrer sur le marché, alors naissant, des instruments d'écriture. Leur production initiale était concentrée sur les crayons en bois ainsi que sur les plumes, toutes réalisées en métaux précieux et usinées. Des entreprises comme Waterman et Wirt se fournissaient chez eux pour leurs stylos. Autour de 1880 ils commencèrent à commercialiser les premiers stylos-plumes comme agents de la Wirt.

Stylo siglé A.L.Co

La Aikin Lambert commença à produire sa propre ligne de stylos aux environs de 1890. Il s'agissait de bons stylos de réalisation conventionnelle avec chargement au compte-gouttes, construit en ébonite ciselée ou en ébonite flambée. Les modèles réalisés avec des revêtements en métaux précieux, (argent et or), étaient des modèles prestigieux, qui rentrèrent sans aucun doute dans les stylos de grande qualité produits durant cette période. Les produits de la Aikin Lambert se reconnaissent d’une façon générale grâce à la présence du sigle : "A.L.Co".

Aux débuts du siècle dernier la Aikin Lambert commença à produire quelques modèles à remplissage automatique, à partir de modèles Safety, puis, ils expérimentèrent les lancements d’autres systèmes de remplissage; ils produisirent un stylo avec chargement à allumette douée d'un clip détachable qui pouvait être utilisée pour le remplissage, en 1907, ils introduisirent un stylo qu'il utilisait une sorte de chargement à pompe (Bulb filler), et ils utilisèrent, comme Waterman, le système dit « sleeve filler ».

Bien qu'il semble de cette publicité un lien significatif avec Wirt (ils étaient concessionnaires au moins jusqu'en août 1903), durant les premières années 1900, la Aikin Lambert fut influencée et entretint des rapports très étroits avec sa voisine Waterman pour le compte de laquelle elle produisait des crayons mécaniques, et par laquelle elle fut absorbée dans la période des années 1906 à 1911, en devenant en pratique une sous-marque.[1] La production propre continua pour quelque temps encore: au départ ils produisirent des modèles en ébonite identique et substantiellement analogues à ceux de Waterman, mais aussi des modèles en celluloïd de bonne qualité.

Durant les années qui suivirent la qualité des stylos Aikin Lambert commença progressivement à se dégrader, et dans les années 30 la production fut limitée à la réalisation de ligne de stylos plus économiques et le prestige de la marque se réduisit ainsi continuellement jusqu'à la la disparition définitive de la marque.

Références externes

  • [1] Page du site déclassé Kamakura Pens
  • [2] Page du site déclassé Penspotters
  • [3] Page du site déclassé Pen & Watches
  • [4] Article du blog de David Nishimura

Note

  1. L'acquisition complète serait advenu dans la première moitié de l'année 1911 selon la très détaillée reconstitution historique de David Nishimura rapportée ici, dates auxquelles nous ferons de préférence référence car considérées comme plus digne de foi que la vague référence générale aux années 20 faite ici et celle de 1915 faite ici.